Nos bras ne sont pas les seuls Ă  ĂȘtre sollicitĂ©s par nos nombreuses sĂ©ances de grimpe. Nos chaussons en voient aussi de toutes les couleurs. Les frottements au rocher et Ă  la rĂ©sine des prises en salle usent la gomme. Il est possible de ressemeler ses chaussons d’escalade, c’est-Ă -dire, les rĂ©parer ! Je vous en dis plus tout de suite.

Changer ou ressemeler : le grand débat

C’est trĂšs souvent la pointe qui montre les premiers signes de faiblesse. Il faut prendre cette alerte trĂšs au sĂ©rieux et Ă©tudier les possibilitĂ©s qui s’offrent Ă  nous. Mais alors, qu’est-ce qu’on peut faire ? On peut Ă©videmment acheter des nouveaux chaussons, mais ce n’est pas une obligation. Comme je vous le disais plus haut, il est possible de ressemeler ses chaussons d’escalade pour prolonger leur durĂ©e de vie.

Du cÎté des grimpeurs, il y a deux équipes : les inconditionnels du ressemelage et ceux qui achÚtent une nouvelle paire lorsque la gomme est trop abßmée.

Pour quelqu’un qui grimpe toutes les semaines, les chaussons ont une durĂ©e de vie moyenne d’un Ă  deux ans. Cela leur laisse le temps de prendre la forme de nos pieds et d’ĂȘtre parfaitement adaptĂ©s Ă  notre morphologie. Mais ça nous laisse aussi le temps de progresser, changer notre façon de grimper et voir nos besoins Ă©voluer.

C’est lĂ  qu’on doit se poser les bonnes questions. Est-ce qu’on est toujours bien dans nos chaussons ? Est-ce qu’ils sont toujours adaptĂ©s Ă  notre style de grimpe ? Est-ce qu’on a envie d’avoir un modĂšle plus technique ? Bref, les rĂ©ponses Ă  toutes ces questions vont vous permettre de choisir entre acheter ou ressemeler.

💾 Acheter des nouveaux chaussons

On est arrivĂ©s au bout de la vie de nos chaussons, on a envie d’autre chose. Lorsqu’ils sont abĂźmĂ©s, ça peut ĂȘtre l’occasion de se faire plaisir avec une paire qui nous correspond mieux.

Car ce n’est pas dit que la paire qu’on a achetĂ©e nous convienne toujours. On a beau connaĂźtre les marques, nos pieds et nos capacitĂ©s, il arrive qu’aprĂšs des mois de tentatives, les chaussons ne nous conviennent pas. MalgrĂ© tout on continue de grimper avec, parce que, on va pas se mentir, ça coĂ»te une petite fortune et veut les rentabiliser. Dans ce cas, lorsque les pointes montrent des signes de fatigue, on ne se posera mĂȘme pas la question du ressemelage. On va finir de les user et hop, une nouvelle paire !

En rĂ©alitĂ©, vous faites comme vous voulez. Vous ĂȘtes libres de vos choix, personne ne viendra vous embĂȘter si vous dĂ©cidez d’acheter des chaussons plutĂŽt que de les ressemeler hein…

⛑ Ressemeler ses chaussons d’escalade

Pour certains grimpeurs, abandonner sa paire Ă  la premiĂšre usure est impensable.

AprĂšs des mois de sĂ©ances pas toujours agrĂ©ables dans des chaussons qui ne se sont pas encore dĂ©tendus, il arrive un moment oĂč on est bien dans nos chaussons. Leur forme Ă©pouse parfaitement nos pieds et c’est presque devenu confortable.

Le problĂšme est que pendant ces longs mois Ă  se dire « ça va aller, la prochaine fois ils seront parfaits », la gomme n’arrĂȘte pas de s’user ! Il arrive donc qu’au mĂȘme moment oĂč on trouve enfin nos chaussons parfaits, ils soient dĂ©jĂ  en train de rendre l’Ăąme. Imaginez donc notre dĂ©ception de grimpeur…

Heureusement il nous reste un plan B : ressemeler nos chaussons !

C’est simple Ă  comprendre. On enlĂšve l’ancienne semelle et on en met une nouvelle. Par contre, ce n’est pas si simple Ă  faire. Un savoir-faire est nĂ©cessaire. Il existe des cordonniers spĂ©cialisĂ©s, et de plus en plus de magasins spĂ©cialisĂ©s en escalade/alpinisme proposent un service de ressemelage.

Votre cordonnier aura beau avoir la technique, il n’est pas toujours possible de ressemeler ses chaussons d’escalade.

Faut-il ressemeler ses chaussons d'escalade ? - Chaussons troués
Pour celui de gauche, c’est trop tard… Celui de droite peut encore ĂȘtre sauvĂ© đŸ’Ș mais bon, pas trĂšs utile sans sa moitiĂ© !

Et oui, vous l’aurez compris, quand c’est trouĂ©, c’est trop tard ! Il faut s’y prendre Ă  temps pour pouvoir rĂ©parer ses chaussons.

Il faut aussi que le reste du chausson ne soit pas trop usĂ© : la tige, les systĂšmes de fermeture, les coutures… Si un ou plusieurs des ces Ă©lĂ©ments commence Ă  faiblir, ce n’est pas peut ĂȘtre pas utile de ressemeler.

Si vous avez des doutes, n’hĂ©sitez pas Ă  demander conseil auprĂšs de grimpeurs expĂ©rimentĂ©s. Ou mĂȘme directement chez un cordonnier spĂ©cialisĂ© si vous avez la chance d’en avoir un prĂšs de chez vous.

Le principal avantage du ressemelage est que mĂȘme si on met une nouvelle semelle, le chausson garde sensiblement la forme de notre pied. Quel bonheur de ne pas avoir Ă  repasser par les mois d’adaptation aprĂšs un nouvel achat !

Evidemment, le prix d’un ressemelage et d’une nouvelle paire de chaussons n’ont rien Ă  voir. Comptez entre 30 et 45 euros pour une rĂ©paration, et au minimum une centaine d’euros pour une paire neuve de bonne qualitĂ©. La diffĂ©rence n’est pas nĂ©gligeable, surtout quand on sait qu’on peut ressemeler une paire jusqu’Ă  deux ou trois fois.

Last but not least, faire durer sa paire plus longtemps permet de diminuer notre empreinte Ă©cologique. Et oui, il faut aussi y penser !


Ressemeler ses chaussons d’escalade ou les changer, chacun fait ses propres choix. Le plus important est que vous sachiez que plusieurs possibilitĂ©s s’offrent Ă  vous et que racheter systĂ©matiquement des chaussons n’est pas obligatoire. Chez Climb Camp, on est plutĂŽt dans la team « nouvelle semelle pour une nouvelle vie ». C’est notre petit geste pour la planĂšte ! đŸŒ±đŸŒ

Et pour les prĂ©server au mieux, pensez Ă  laver vos chaussons de temps en temps. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, je vous conseille d’aller lire notre article sur le nettoyage des chaussons d’escalade. ✹